Auto-écoles : le gouvernement discute mais ne cède pas

Publié: févr. 13 , 2015
Auteur: Pascal Fournier

 

En début de semaine, les opérations escargot des auto-écoles menaient "grand train" dans les grandes villes de l'hexagone afin d'exprimer l'opposition au projet de loi d'Emmanuel Macron visant à réduire les délais d'attente et réduire les coûts de l'examen.

"Le gouvernement discute mais ne cède pas", prévient lundi matin Manuel Valls. A travers le prisme de la négociation qui est le nôtre, on peut s'interroger sur cette phrase sibylline du Premier ministre.

En effet, s'il y a discussion, nous pouvons considérer qu'il y a une ouverture possible, voire une certaine flexibilité quant à une négociation... La porte semblerait donc entrouverte mais est vite refermée par l'affirmation claire et nette que le gouvernement ne cèdera pas...

Comment interpréter cette déclaration ?

Option 1 : discuter pour ne rien dire !

• Option 2 : un effet de manche pour renvoyer définitivement les mécontents... à la circulation.

• Option 3 : tout l'inverse, ce qui semblerait non négociable le serait en fait.

Dans tous les cas, à force de cultiver le paradoxe, on se perd entre marche avant et marche arrière et nos sens demeurent interdits !


PARTAGEZ

blogAuthor

À propos de l'auteur:

Pascal Fournier
No bio is currently avaliable

Actualités:

Toucher : est-ce viser juste ?

Durant une négociation, certaines personnes ont des attitudes plus tactiles que d’autres… Le fait de vous toucher l’épaule ou le bras peut-il avoir influer vos décisions, vos choix, vos concessions ?

SCOTWORK REUNION



REUNION
+262 6 92 32 01 62
info.re@scotwork.com
Suivez-nous